X

  • Pour nous contacterbonjour@etoiledesgourmets.com
  • Plats fraîchement cuisinéspar notre chef avec des produits de qualité
  • Paiement sécurisé par carte bancaire ou Paypal
  • Respect de la chaîne du froidgrâce à notre système de livraison fraîcheur
  • 100% satisfactionC’est notre priorité

FOOD MORNING 2015

FOOD MORNING 2015
13/05/2015

Mardi 5 mai, 8h30, c’est le lancement de la première Food Morning organisée par CBNews et Dentsu Aegis Network. Au programme : les dernières tendances « food ». 

Ces dernières tendances food sont présentées par les différentes personnalités invitées. Parmi elles on retrouve Picard, Jésus, le CREDOCC, Lu, Fleury Michon, Google, Innocent, Régal magazine, Intermarché, Les Gueules Cassées, Philippe Etchebest ou encore Michel & Augustin. Ces grands ont laissé la place à quelques start-up food venues agiter la foodosphère.

La Food Morning était divisée en 8 petites conférences : 

1. Un monde complètement food
2. Faim de contenu : les secrets des contenus culinaires
3. Peut-on industrialiser la confiance ?
4. Quelles sont les missions pour les marques alimentaires ?
5. Ouvrir le champ des possibles
6. Les tendances sur le grill
7. French food is in the air
8. Les nouveaux influenceurs du goût

1. Un monde complètement food

Lors de cette conférence, on retrouve autour de la première table ronde Stéphane Hugon, directeur en sociologie de la communication/Eranos, Gabriel Gaultier, président de l’agence Jésus, Laurence Plumey, médecin/nutritionniste, Arash Derambarsh, élu de la ville de Courbevoie et fondateur de la pétition « Stop au gâchis alimentaire en France ».
Lors de cette première table ronde, on redéfini le terme « bien manger » : c’est un synonyme de saveur, de transmission, de plaisir, de partage et d’informations transparentes, décrit Laurence Plumey. Pour Stéphane Hugon, manger va bien au delà de la simple action, c’est un réel « acte de société issu d’une expérience collective. Vous l’aurez compris, le fait de manger, pour les Français, est synonyme de « manger ensemble ». Depuis toujours le repas est le moment idéal pour rassembler et partager un moment.

2. Faim de contenu : les secrets des contenus culinaires

Pour cette deuxième intervention, on retrouve Ronan Dubois, directeur des stratégies et de la création chez M6 Publicité.
On en apprend beaucoup grâce à ce monsieur et on comprend rapidement ce phénomène « food » qui a envahi notre quotidien : émissions culinaires, reportages, jeux … E
n 2005, 160 heures de programmes culinaires étaient diffusées sur les chaînes publiques françaises contre 800 heures depuis le début de l’année ! Les chefs phares de ces émissions culinaires sont devenus des références et ont permis de transmettre l’image de la gastronomie française : Philippe Etchebest, Hélène Darroze, Jean-François Piège, Norbert Tarayre, Jean Imbert ou encore Cyril Lignac. 

Un réel engouement qui se retranscrit dans les foyers puisque aujourd’hui 95% des français prennent du plaisir à cuisiner !

3. Peut-on industrialiser la confiance ?

Après tous les scandales alimentaires passés, les industriels savent que la confiance des Français laisse à désirer. La question « Peut-on industrialiser la confiance ? » est posée à Jean-Philippe Girard, président de l’Eurogerm et de l’ANIA et Gabriel Taboularis, directeur adjoint du département consommation du CREDO. 
Les Français sont, aujourd’hui, plus regardant sur la qualité des produits. Ils ne cherchent pas forcément des prix défiants toute concurrence, mais des produits de qualité avec un prix justifié. « Le goût, le prix et la sécurité, voilà les trois mots d’ordre » que nous rappelle le président de l’ANIA. La confiance des consommateurs (notamment au niveau de la sécurité alimentaire) se conquiert au quotidien. L’entreprise de 2015 se doit d’être transparente et d’informer ses clients. Cette relation est aujourd’hui primordiale !

4. Quelles sont les missions pour les marques alimentaires ?

Pour cette seconde table ronde, on retrouve 4 représentants de marques alimentaires ; Philippe Pauze, PDG et administrateur de Picard, David Garbous, directeur du marketing stratégique Fleury Michon, Veronique Lequeult, exploitant et directrice de communication Intermarché, Sophie Bodin, directrice du marketing et digital Innocent Drinks, Michel de Rovira, co-fondateur de Michel & Augustin.

Durant cette discussion, on apprend que 4 éléments sont indispensables pour le bon développement d’une marque : le digital, le story telling et l’émotionnel. 
L’exemple parfait d’une enseigne qui a su comprendre et parler à ses consommateurs afin de les rassurer : Intermarché et leur campagne pour les fruits et légumes moches. Si vous l’avez manqué retrouvez en intégralité les différentes campagnes relatives à l’antigaspi ! Cette campagne avait pour but de mettre en avant la qualité des produits et non leur esthétisme. Ces produits « moches » apportent les mêmes apports que les « beaux » produits mais ils ne sont pas vendus à cause de leurs imperfections. Vendus 30% moins chers que les beaux produits, ces légumes et fruits moches ont eu un réel succès. 

Lors de cette seconde table ronde, Michel de Rovira met en avant le terme « industrialisé ». Le co-fondateur de Michel et Augustin, n’a pas peur de ce terme. Les produits utilisés pour réaliser ses biscuits sont de qualité et l’industrialisation de ces biscuits ne dénature en rien la qualité des produits. Elle permet simplement de réaliser un nombre important de biscuits à l’identique. Le but est de faire revenir le goût au coeur des assiettes avec des plaisirs simples et qui fonctionnent ! Ce point de vue est également partagé par Sophie Bodin de chez Innocent Drinks.

5. Ouvrir le champ des possibles

Cinquième intervention réalisée par Anne Genin, directrice marketing de LU Biscuits et Sustainability Mondelez International qui prend la parole pour démontrer des engagements au service de l’environnement et de la biodiversité.

Elle nous présente en avant-première leur prochaine campagne mettant au centre de leur stratégie l’élément principal de leurs biscuits : le blé ! Une démarche pour que les consommateurs comprennent d’où viennent ces produits et la qualité des matières premières qui constitue les biscuits LU. Il ne faut pas oublier que LU a conquis 9 foyers sur 10 en France ! Leur investissement dans la biodiversité est réel et engagé, c’est ce que LU démontre avec leurs nouvelles vidéos basées sur ce constat : si les abeilles venaient à disparaître, 4 ans plus tard nous ne pourrions plus produire suffisamment pour nourrir tout le monde. Un pitch rudement mené !

Retrouvez la dernière campage ICI

6. Les tendances sur le grill

Lors de cette table ronde, les intervenants se présentaient sous-forme de speed-dating : 6 minutes par intervenant. Parmi eux : Wai Ming Lung, rédacteur en chef d’Orgyness, Anouck Talban, fondatrice de Mon Voisin Cuisine, Nicolas Chabanne, Fondateur des Gueules Cassées, Jean-Baptiste Schmauch, chez de projet chez Slow Control.

4 grandes tendances nous sont donc exposées :

- La cuisine asiatique en pleine ascension et plus particulièrement les influences japonaises et chinoises. Elle regorge de particularités et de spécificités. S’arrêter aux simples sushis pour définir cette cuisine serait une véritable erreur selon Wai Ming Lung.

- La cuisine collaborative entre voisins avec Anouck Talban qui vient nous présenter son concept : manger des plats bons et équilibrés à un prix raisonnable cuisinés par « son voisin ».

- Les produits moches pour lutter contre le gaspillage présenté par Les Gueules Cassées. Nicolas Chabanne propose (comme Intermarché) un prix 30% moins cher sur ces produits moches afin d’éviter qu’ils soient jetés à la poubelle et gaspiller. 

- Les objets connectés vont envahir notre cuisine de demain pour faciliter et améliorer nos repas. Comme nous le présente Baptiste Schmauch avec la fourchette S10 qui permet un contrôle de la durée entre chaque bouchée ou encore un biberon connecté. Ces innovations sont là pour prévenir de l’obésité et prôner la Slow Food.

7. French food is in the air

Invités pour la thématique du food en apesanteur : Marine Gall, VP long haul customer expérience Air France, Eric Augustine, Directeur du studio culinaire Servair. La gastronomie s’invite même dans les airs. Pour Air France la qualité des repas est primordiale. Dans le milieu du luxe en apesanteur, la firme se doit de proposer à ses clients des repas haut de gamme réalisés par les plus grands chefs comme Joël Robuchon, Alain Ducasse ou encore Anne-Sophie Pic.

Ces chefs ont un deuxième enjeu ; s’adapter à la food en apesanteur puisqu’à haute altitude la perception des saveurs est réduite de 30%.

8. Les nouveaux influenceurs du goût

Pour cette quatrième et dernière table ronde, on retrouve Philippe Etchebest, chef cuisinier, Laurent Collangettes, directeur général – consumer branding de l’Agence Lonsdale, Eve-Marie Ziza-Lallu, Rédactrice en chef Régal, Franck Pinay-Rabaroust, rédacteur en chef Atabula, Isabelle Schlumberger, directrice générale commerce et dveloppement France JCDecaux, Arnaud Monnier, directeur Branding Google France.

Dans cette grande et dernière discussion, les intervenants parlent tour à tour de leur influence et l’impact qu’ils ont eu sur la foodosphère.
De ces échanges ressort une idée principale : les vidéos culinaires se développent de plus en plus, il ne faut pas hésiter à s’associer avec ces influenceurs pour se développer. Pour Google, les Youtubers sont les influenceurs de demain. 

      

12h30 passé, le discours de clôture est annoncé. Nous ce qu’on peut en dire c’est qu’on a adoré assister à la Food Morning ! Enrichissant et vraiment intéressant, ces conférences nous permettent de prendre plus de recul et de voir la foodosphère avec l’oeil des experts. Cet univers est en perpétuel évolution ! On ne cesse d’entendre parler d’émissions culinaires, de blogs, d’influenceurs et de magazines dédiés. 

Aujourd’hui, pour les français, la cuisine et ses produits sont très importants. Les différentes crises connues dans le passé font que les marques se doivent d’être transparentes vis à vis de la traçabilité et la qualité de leurs produits. Le consommateur de 2015 veut des preuves et se sentir sécurisé par rapport à ce qui se trouve dans son assiette.

A la suite de cette matinée, des ateliers culinaires étaient mis en place. 
Évidemment, les gros gourmands que nous sommes, en avons profité pour rester un peu et découvrir les nouveautés.
Au menu : insectes comestibles, tendance crue avec la découverte du chou kale au chocolat, l’opéra cru, le foie gras cru ou encore des buffets réalisés par Alexis et Kevin (Top Chef).

J’en passe et des meilleures ! 

On a hâte à la prochaine édition 2016 !
D’ici là, la foodosphère va encore évoluer et les innovations se multiplier pour notre plus grand plaisir.

Suivez-nous :   

Sélectionner le type de produit souhaitez

Formule du jour à réchauffer
au micro-ondes, livrée en
moins d'1 heure.
Plat gastronomique à
réchauffer au four ou dans
une casserole d'eau chaude.